Groupe scolaire Curie Pasteur

rue Després, 72700 Allonnes

188

Programme

Démolition compris désamiantage puis reconstruction d’une école maternelle (6 classes, 150 élèves, salle de propreté, 2 salles de repos, salle de motricité, bibliothèque, locaux administratifs et techniques), démolition puis reconstruction d’un restaurant scolaire (220 repas), construction d’un accueil périscolaire (70 enfants), aménagement des espaces extérieurs (1 cour maternelle + préau, 1 terrain de sport, 1 parvis d’accueil pour 2 écoles, stockage). Rénovation d’un gymnase avec isolation par l’extérieur et création d’un auvent.

Concepteurs

  • PADW
  • PHARO

Commune

  • Allonnes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune d’Allonnes

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

École : 1 777 m2 SP, 1 722,40 m2 SDOGymnase : 1 257,31 m2 SPExtérieur : 1428 m2

Coûts

École : 3 508 100 € HT (compris VRD) 3 222 000 € HT (hors VRD et matériel de cuisine) soit 1870,65 € HT/m2 SDOGymnase : 461 800 € HT (compris VRD)436 800 € HT (hors VRD)

Documents

Le terrain dédié au projet se compose d’espaces interstitiels entre les bâtiments à conserver et une dilatation en cœur d’îlots cernée d’habitats individuels.
L’analyse du site conduit à proposer une solution alternative à celle du programme, dans laquelle la cour maternelle est conservée et la nouvelle école vient se lover en cœur d’îlot, où l’espace ainsi dégagé permet une meilleure organisation des locaux. Les schémas d’organisation fonctionnelle sont donc scrupuleusement respectés.
L’auvent d’accueil et le parvis s’invitent dans l’environnement de la rue Louis Després et mettent en valeur l’entrée principale commune aux deux écoles. Il se prolonge par le préau de la maternelle pour former une coursive protégée entre les deux cours. Ce passage donne accès au hall d’entrée de la maternelle et à la cour de l’école élémentaire.
Boulevard Louis Pasteur, le porche des livraisons compose la façade urbaine de l’entrée secondaire. Les parents utilisent également cet accès pour emmener les enfants à accueil périscolaire.
Les limites de la cour élémentaire ne sont pas modifiées, à l’exception d’un léger empiètement au Nord. La forme des cours de récréation s’harmonise avec les bâtiments, tels leurs prolongements naturels. La douceur des courbes tant intérieures qu’extérieures crée une unité unissant toutes les fonctions.
Dès l’entrée, l’école s’anime de volumes et de matières alternant bardage réfléchissant, bardage bois, bardage coloré et transparences. Ces séquences, permettent aussi aux enfants et aux parents de repérer clairement les fonctions.
La salle de motricité émerge des autres bâtiments et s’affirme comme le pivot autour duquel s’organise l’ensemble des fonctions de l’école.
Le bandeau vitré et coloré formé par les baies, se prolonge le long de la coursive d’entrée en limite des deux cours, soulignant ainsi l’effet d’enveloppement de la cour élémentaire.
Le préau se déploie avec légèreté à la manière d’un origami et se prolonge pour devenir le préau de la cour maternelle. Traitée comme une séparation physique et visuelle, elle est formée de vitrages colorés et translucides, qui créent des jeux d’ombres chatoyantes, évoluant au fil de la journée et de la météo
Le Pignon ouest du restaurant scolaire constitue la 2nde entrée de l’établissement. On y retrouve une continuité de l’écriture architecturale du projet, par le dessin du porche et le bardage en aluminium brossé
Une identification claire et lisible des différentes fonctions constitue un enjeu majeur dans la perception et la compréhension des espaces et des cheminements.
Les dilatations et rétrécissement organisent la dynamique des flux avec simplicité et fluidité. Les dégagements se développent le long du projet, en une succession d’arrondis qui accompagnent en douceur le cheminement des enfants d’un espace à l’autre.
La lumière naturelle est un des axes forts du confort d’usage du projet. L’organisation de l’école maternelle autour d’un patio permet d’irriguer de lumière naturelle les dégagements. Cela donne des profondeurs de perceptions visuelles et une richesse des ambiances architecturales.
Les espaces récréatifs participent pour une part essentielle au développement sensoriel des enfants
L’essentiel des aménagements paysagers actuels est concentré sur les limites Sud et Ouest de la parcelle, créant ainsi un filtre entre les espaces extérieurs et les voies publiques. L’implantation du projet permet de les conserver et de minimiser l’impact sur les plantations existantes. Ces aménagements sont complétés dans la cour élémentaire par des arbustes et haies de charmilles créant un masque végétal sur la façade des locaux d’activité, la salle de motricité et la cour maternelle


Approche environnementale : Respect des végétaux en place, orientations sud et double orientations favorisées, éclairages zénitaux, sur-isolation et toiture végétalisée, bonne gestion des EP, raccordement au réseau de chauffage urbain
Performances énergétiques : RT 2012 – gain Bbio/Bbiomax = -28,53% – gain Cep/Cepmax = -29,70%

Bureau(x) d’études : BEC, FLK Ingénierie, ITAC
Photographe : Julien POULAIN

Maison des associations

rue de la mairie, 72650 TRANGE

140

Programme

La Maison des associations de Trangé est composée de 3 salles à vocation sportive et culturelle :
– Une grande salle à vocation sportive (tennis de table / danse / yoga…)
– Deux salles plus petites à vocation socio culturelle (arts plastiques, informatique…)
Ces 3 salles sont desservies par un hall traversant qui distribue également des vestiaires et sanitaires.

Concepteurs

  • A2A architectes

Commune

  • TRANGE

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune de Trangé

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

SU=614,11m²SP=609,86m²

Coûts

année de valeur 20191 233 559€ht

Documents

Le projet de la maison des associations de Trangé est né de son contexte en développant une toiture paysage qui souligne la forêt lointaine depuis le haut du cœur de bourg. Cette toiture paysage semble ainsi sortir du sol pour créer ce bâtiment habillé de bois, s’intégrant ainsi au maximum dans son contexte.
La toiture paysage est mise en valeur par un bandeau suivant les lignes dynamique des versants de la toiture complexe.
La position du bâtiment a été calculée au plus juste en mettant une distance suffisante vis-à-vis de l’alignement d’arbre au sud, permettant de profiter des apports solaires en hiver, indispensable pour un bâtiment passif.
Le plan développe les principes bioclimatiques en disposant les trois grandes salles au sud afin de maximiser les apports solaires et les espaces tampons (sanitaires, vestiaires, locaux techniques) au nord.
Le hall a été traitée dans une ambiance de rue avec son caractère traversant, son carrelage à l’aspect brut et un rappel de parement bois à claire voie ondulant au plafond.
Chaque salle a sa couleur développé sur un dégradé vert / jaune / rouge visible depuis la façade vitrée au sud.
Globalement, les matériaux sont des matériaux bruts (béton) et biosourcés (isolant laine de bois, bardage bois, menuiseries extérieurs bois…).


Approche environnementale : Du point de vue énergétique, le projet est un bâtiment passif (calcul réalisé sur le logiciel PHPP) et à énergie positive (en cours de certification BEPOS effinergie).
Le bâtiment a fait l’objet d’un travail soigné sur :
– Une enveloppe très performante (isolation de 200mm de laine de bois / triple vitrage…) ,
– un traitement de tous les ponts thermiques,
– une étanchéité à l’air parfaite, correspondant aux critères passifs, soit environ 5 à 10 fois plus performante qu’en RT2012.
Il est équipé d’une double flux performante (certifié composant passiv haus) et d’une chaudière bois pour la production d’eau chaude et le très faible besoin de chauffage. Des panneaux photovoltaïques complètent l’installation sur une partie non visible de la toiture, les parties visibles étant destinées à la végétalisation.

Bureau(x) d’études : LCA, SIGMA, OUEST ACOUSTIQUE
Photographe : A2A architectes

Espace scolaire et théâtre de plein air

rue Charles de Gaulle, 72300 Parcé-sur-Sarthe

149

Programme

– Insérer un complexe de restauration scolaire (si contraint des points de vue normatif, technique, usages et flux) avec sobriété et continuité au sein d’une Petite Cité de Caractère, dont l’identité du bâti homogène caractéristique remonte au 15e siècle.
– Intégrer sans la subir, la quantité colossale d’équipements techniques embarqués qui dénaturent beaucoup d’architectures de ce type.
– Imaginer une construction durable, évolutive, intemporelle, emprunte de l’ADN du site

Concepteurs

  • Tristan Brisard architecte (44)

Commune

  • Parcé-sur-Sarthe

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune de Parcé-sur-Sarthe (72)

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

770 m2 SP

Coûts

1 640 000 €HT valeur 2017

Documents

Les formes épurées de béton coulé en place viennent en écho du sol calcaire du terrain d’assise, des murs et fortifications de pierres du centre bourg.

Cinq émergences font clin d’œil aux silhouettes caractéristiques du village. Trois d’entre elles forment une double hauteur qui confère aux espaces solennité et confort acoustique. Les deux autres accueillent les locaux techniques (chaufferie et multiples équipements en toiture à ciel ouvert) cachés et isolés des avoisinants du point de vue phonique. Le niveau RDJ du bâtiment est ainsi libéré des espaces techniques pour une libre circulation de la lumière et des personnes.

Un plan en carré évidé dessine une construction qui définit en elle-même son propre contexte, un jardin intérieur en écho des jardins clos de murs du centre-bourg . Cette architecture protectrice de façade fortifiée est caractéristique de l’identité de la commune et se justifie par la volonté de protéger les enfants. Le portail passé, la construction s’ouvre intégralement sur l’école et le contexte paysager. Les espaces intérieurs s’interconnectent.

L’idée de concevoir un bâtiment qui semble avoir toujours été là, avec une autre fonction, se matérialise ici par un plan basé sur un carré parfait (temples, monastères, couvents, etc.), la trame régulière des poteaux en béton dont la taille et la forme hexagonale évoquent les enfilades classiques des colonnes doriques, la distribution des espaces via un cloitre.

Les portes revêtues de planches de chêne donne cette sensation d’intemporalité. Elles nous font oublier l’époque constructive actuelle, où l’Architecture se constitue et s’identifie par l’agglomération et la juxtaposition de produits manufacturés, normés, reconnaissables d’un bâtiment à l’autre. L’Architecture n’est-elle pas d’abord l’édification d’espaces à vivre originaux, où l’art de bâtir et les savoirs faire des compagnons tiennent le premier rôle ?


Approche environnementale : – Plan libre offrant évolutivité et réversibilité futures
– Economie de doublages
– Lumière et ensoleillement
– Chaudière à granulés bois

Bureau(x) d’études : OTEIS (44-72), BEGC(44), URBATERRA(49), ACOUSTIBEL(35)
Photographe : François Dantart et Tristan Brisard

Nid perché

Nord-Ouest, 72190 Coulaines

238

Programme

Transformation d’un comble perdu en un espace d’amis.

Concepteurs

  • Tristan Brisard architecte

Commune

  • Coulaines

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • privée

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2020

Surface(s)

Surface de plancher (Ht>1,80m) = 8m2Surface au sol = 26 m2

Coûts

nc

Documents

Le projet propose la mise en place d’une verrière filante, en saillie sur la toiture. Elle offre une hauteur habitable à ce volume initialement non aménageable. La matière bois se déploie sur chaque surface et offre à ce petit nid perché toutes les fonctions du « minimum habitable ». Une cabane dans les arbres comme espace de court-séjour.


Approche environnementale : – Optimisation du volume préexistant de l’habitation, sans augmenter davantage l’emprise au sol des constructions sur la parcelle.
– Recours au matériau bois.

Photographe : Simon Guesdon et Tristan Brisard

Maison avec vue

Nord-Est, 72000 le mans

305

Programme

maison individuelle

Concepteurs

  • bm architectes

Commune

  • le mans

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • privée

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

170 m² de SDP

Coûts

350 k€ TTC valeur octobre 2017

Documents

Cette maison est le résultat d’un travail collectifs. D’abord le maître de l’ouvrage est un acteur du bâtiment bois avec son métier d’ingénieur-charpentier. Ensuite, les entreprises qui se connaissent et dont la synergie est bien réelle : maçon, charpentier, plombier, électricien et peintre ont contribué à la cohérence entre la conception et l’exécution. Le travail de l’architecte a été enrichi par les liens étroits entre tous les acteurs de ce projet. Le résultat atteint est très clairement lié à ce contexte.

Cette maison doit abriter une famille de cinq personnes dont la particularité est de donner une priorité aux pièces de vie : d’abord pour permettre de nombreuses activités familiales (jeux, musique & cuisine) mais aussi pour recevoir dans de bonne condition.

Le terrain est exceptionnel par ses qualités : sa forte pente (15%) est orientée vers le Sud & vers la vue. De plus, de grands arbres occupent le sol et forment une canopée riche de plusieurs essences.

Le projet propose deux niveaux pour révéler la pente naturelle : un premier dédié aux pièces de sommeil & de travail (chambres & bureau), le second dédié aux pièces de vie (cuisine, salon, salle à manger & activités communes). Ces deux volumes sont fragmentés pour éviter de donner un caractère massif à la maison. L’escalier s’inscrit dans un vide double hauteur qui relie les deux étages.

La lumière naturelle et le grand paysage au Sud sont deux atouts qui ont permis d’effacer la limite entre l’intérieur & l’extérieur. Même si la surface de chaque niveau est importante (environ 70m² habitables), la transparence et les vues prolongent les vues et libèrent l’espace.

Les matériaux et les couleurs ont été sélectionnés pour renforcer la volonté de fragmenter les deux niveaux de la maison : blanc & noir, lames de bardage & panneaux composites.

Le terrain glisse sous la maison et les deux chênes conservés contribuent à créer des masques solaires en été.

description technique >

Typologie : Logement individuel sup 120 m²
Structure verticale : Panneau ossature bois
Structure horizontale : Solivage traditionnel et chape sèche Fermacell
Charpente bois lamellé-collé
Essence de la structure : SAPIN
Revêtement bois : Lame bois massif ; Panneau contreplaqué de peuplier ; Panneau de synthèse ou composite Silbonit
Finition du revêtement : Peinture
Menuiserie extérieure : Menuiserie mixte bois aluminium
Menuiserie intérieure : Porte bois ; Revêtement de sol bois chêne ; Revêtement mural bois peuplier
Chauffage bois : NON
Isolation intérieure : Laine de roche
Isolation extérieure : Laine de verre
Consommation énergétique : 37.2 Kw ( dont 18.3 de chauffage)
Résultat du test d’infiltrométrie : 0.52 m3/m2/h


Approche environnementale : BM architectes prolonge ici sa réflexion sur le lien entre la conception et la mise en œuvre, sur la performance LOWTEC, sur des solutions de BONS SENS et enfin, l’intégration horizontale des savoirs faire.

Sur ce projet, l’apport solaire a été optimisé avec une façade Sud vitrée à 93%. Le confort d’été a été traité avec un décaissée de toiture (effet casquette) et le maintien de deux grands chênes. Ces deux dispositifs génèrent une ombre efficace en été, aussi bien sur la terrasse que sur la maison. Des Brise-Soleil-Orientables (BSO) complètent ce dispositif. La façade Nord n’est quasiment pas vitrée, seule l’entrée et une salle de bain y prennent de la lumière. L’isolation a été renforcée, limitant le besoin de puissance de chauffage à 6 Kilowatts. Le poêle à bois pourrait ainsi suffire à chauffer la maison.

Bureau(x) d’études : racine be structure bois
Photographe : antoine mercusot

36 logements collectifs et individuels

zac de brou, avenue de la pommeraie, 72530 yvré l'évêque

131

Programme

33 logements collectifs du T2 au T5 Flat & Duplex et 3 logements individuels T5 sur parking couvert de 30 places

Concepteurs

  • bm architectes

Commune

  • yvré l'évêque

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • sarthe habitat

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

2 610 m² SHAB & 2 871 m² SDP

Coûts

valeur avril 2020 (hors foncier)travaux > 4 329 697 €HT,

Documents

Situé dans un éco-quartier de la zac de Brou, le projet alterne vides et pleins pour assurer un lien avec le paysage et la commune. Il est fragmenté en sept unités réparties en deux séquences : d’un côté avec six plots R+2 de 33 logements posés sur un socle de parkings et de l’autre avec trois logements individuels groupés de R+1. Desservis par coursives au Nord, les logements collectifs sont implantés en quinconce pour réduire l’effet linéaire avec des T3F, des T4 & 5 en Duplex. Les trois maisons groupées sont implantées en limite Ouest pour assurer la transition avec les futures opérations individuelles.

fiche technique >

Lieu rue de la Pommeraie, Yvré l’Evêque MO Sarthe HABITAT, Mandataire CRUARD entreprises COLAS CBF SYGMATEL CSM VALLEE BE CARRE BLIN AIA DB acoustique URBATERRA Programme 33 lgts collectifs, 3 lgts groupés & parking 30 places SH 2 593 m² Structure Ossature 46*200 + OSB 12 + caissons 80*240 + OSB 18 Charpente Caissons avec ceinturage LC + OSB 18 Essence SAPIN épicéa C.II Fenêtre PVC double vitrage Uw = 1.3w/m².k Chauffage électrique, régulation 2 zones ECS ballon thermodynamique sur VMC Ventilation simple flux hygro réglable Conso 36 Kwhep/m²/an GES : 2 KgéqCO²/ m²/ an Infiltrométrie 0.21 m3/m2/h Cubage 624 m3.


Approche environnementale : Par sa compacité, son organisation et ses choix constructifs BOIS, ce projet atteint des performances thermiques élevées avec un niveau RT.2012 – 30%. Ce bâtiment est la première opération de logements collectifs certifiée par le label E+C- avec un niveau E2C1 en Sarthe dans le cadre de l’expérimentation menée par le Ministère du logement & de l’habitat durable et le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer (loi de transition énergétique pour la croissance verte). Cette opération a été réalisée dans le cadre d’une CONCEPTION-REALISATION sur 6 mois d’études et 11 mois de chantier.

Bureau(x) d’études : carre d’aire (économie)/ blin (thermique)/ bellec (cfo & cfa)/ aia (acoustique)/ urbaterra (vrd)/ wigwam (environnement)
Photographe : antoine mercusot

Collège de Bercé

9 avenue du Mans, 72500 Luceau

162

Programme

Restructuration et extension d’un collège
(Du point de vue programmatique et énergétique)

Concepteurs

  • Architecture Plurielle

Commune

  • Luceau

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Conseil Général de la Sarthe

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

Surface créée: 2706 m² SHONSurface restructurée: 4519 m² SHON

Coûts

9 373 000€ HT (Marché de base + avenants)

Documents

La restructuration du collège Bercé à Luceau s’est conçue autour de deux enjeux: redonner une lisibilité programmatique tout en réorientant les espaces de vie vers les vues et le soleil.

Restructurer les espaces en fonction du soleil:

Le collège conçu selon les principe de la préfabrication des années 70 présentait une organisation où les locaux de services profitaient de l’orientation Sud, où les élèves déjeunaient sous une lumière artificielle. La réorganisation spatiale autour d’un hall sur trois niveaux a permis de simplifier les flux et de faciliter la pédagogie et les connexions entre les différents pôles.

Profiter de l’existant, retrouver de la lumière:

Afin de profiter de ce qui est déjà là, la structure existante du collège a été conservée au maximum. Les locaux aveugles ont été supprimés pour laisser place à des patios qui irriguent la lumière dans les circulations et créent des espaces de convivialité.

Bâtiment capteur:

Les pôles s’articulent autour d’un bâtiment “capteur” qui permet au collège de se chauffer grâce à l’énergie gratuite du soleil. La chaleur captée grâce à une façade totalement vitrée au Sud est redistribuée vers les autres locaux au Nord et vers les bâtiments voisins qu’il irrigue.

La restauration, une extension sur le paysage:

La salle de restauration choisie comme programme pour l’extension offre de larges vues sur les espaces naturels environnants. La façade totalement vitrée est libérée grâce à une structure poteau et charpente bois, offrant une atmosphère singulière gérée par le bois et la lumière naturelle.

(Nous restons à votre disposition pour vous apporter des éléments complémentaires si nécessaire)


Approche environnementale : Conserver la structure existante dès que cela est possible.

Le travail d’analyse de la structure a permis de démontrer au maître d’ouvrage qu’il était possible de construire un étage au dessus de l’existant avec une charpente légère en bois, et ainsi de profiter des atouts du bois.

Un bâtiment conçu avec des matériaux bio-sourcés:

Les façades rapportées par l’extérieur sur la structure existante sont préfabriquées suivant le principe de Murs à ossature bois avec isolation thermique en laine de bois. Le module préfabriqué comprend également le bardage composé de panneaux blancs ou de lames bois en chêne massif. Le bois est aussi représenté dans le traitement des charpentes en toitures. La salle de restauration est conçue à partir d’une structure en panneaux multiplis type lamibois. Le confort acoustique est assuré en intérieur par des panneaux bois perforés.

Un bâtiment conçu selon les principes de la conception passive:

Le collège est conçu selon les principes du label Passivhaus. Une ventilation double flux liée à un systèmes bi-pass permet de récupérer la chaleur dans la circulation du bâtiment “capteur” en hiver et de récupérer l’air extérieur en été. La façade constituée d’un mur rideau mixte bois-alu avec châssis motorisés permet de ventiler les espaces et d’assurer cette régulation thermique. Le confort d’été est assuré également par la présence systématique de brises soleil orientables.

Le collège comprend également une végétalisation d’une partie de ses toitures.

Bureau(x) d’études : OUEST STRUCTURES / EICE / SERDB / POLENN
Photographe : Jean-François Mollière

Collège Alexandre Mauboussin

2 rue Jean Jaurès, 72 600 MAMERS

464

Programme

Reconstruction en site occupé du collège Mauboussin de 600 élèves et des logements de fonction, construction du bâtiment administration sur la cité scolaire Perseigne

Concepteurs

  • forma6 (Mandataire) - P.Rousseau (Architecte associé)

Commune

  • MAMERS

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Conseil départemental de la Sarthe et Région des Pays-de-la-Loire

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

SHON totale : 6 953 m²

Coûts

Coût travaux (2020) : 12 277 175 € HT

Documents

Afin de donner une nouvelle identité à la cité scolaire, les nouveaux bâtiments sont mis en perspective depuis la percée visuelle sur la rue Jean Jaurès tout en ménageant une vue lointaine vers le cœur paysager. Le bâtiment du collège devient le signal emblématique de la cité scolaire.

Le projet permet de réorganiser l’accueil sur le site. Le collège s’implante en recul de la rue Jean Jaurès ouvrant l’espace à un parvis urbain et un parvis en enceinte.

Le mur manteau des façades composé d’une structure bois et d’un remplissage par blocs de paille fabriqués à partir de paille récoltée dans la région, fixés sur une ossature béton armé, est recouvert d’un bardage métallique d’une légère couleur dorée évoquant la pierre et les enduits locaux, reflétant délicatement la lumière.


Approche environnementale : Projet RT2012 -20% (équivalent niveau Effinergie+)

Façades bois remplissage paille

Gestion de l’énergie: Orientation et compacité ; Sur-ventilation naturelle nocturne ; Isolation performante avec impact environnemental réduit ; Capteurs solaires (ECS logements)

Gestion de l’eau: Appareils hydro-économes ; Toitures végétalisées

Entretien et maintenance: Limitation des opérations d’entretien par gestion centralisée des équipements

Chantier à faibles nuisances : Charte de chantier pour gestion du chantier en site occupé.

Bureau(x) d’études : BET HQE : Tribu – BET Structure : Sigma Ingénierie – BET Structure bois : Racine BE – BET Thermique et plomberie : BET Boulard – BET Electricité et SSI : BET Bader – BET Acoustique : Acoustibel – BET VRD : Céramide – Paysagiste : Map
Photographe : Emilie Gravoueille