Résidence séniors, tourisme et logements

Rue Barbier – Rue du Vert Galant, 72000 le mans

282

Programme

Construction d’un ensemble mixte composé d’une résidence sénior, de tourisme et de logements.

Concepteurs

  • Studio d'architecture b. huet

Commune

  • le mans

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Kaufman & broad

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

14 500 m²

Coûts

18 000 000 e HT, inclus VRD

Documents

Le site implanté sur le coteau, orienté vers la Sarthe, est singularisé par sa topographie et son emprise d’1,5 ha. Le couvent de La Visitation et l’Hôtel Le Prince composent un patrimoine hétérogène, remarquable et à sauvegarder. Un programme mixte sera construit pour ce « morceau de ville », garantissant un lieu de vie permanent et ouvert.
Ce projet contemporain doit sublimer, dialoguer et composer avec ce patrimoine remarquable, inventorié et protégé de l’ancien couvent.
Dans sa morphologie, la tour plissée des logements se retourne vers le Sud pour mieux en capter la lumière, s’ouvre sur le cœur d’îlot végétal et ses terrasses classées dans les premiers niveaux et progresse ensuite vers le panorama offert sur la ville dans les étages supérieurs.
Dans son rapport à ce patrimoine remarquable, à cette hyper centralité affirmée, le projet se décline ainsi d’une architecture contemporaine dans un contraste maitrisé avec les entités classées du site.
Nous avons souhaité développer un contraste doux, de sens.
Loin de nous l’idée de développer un pastiche, l’envie est là d’une écriture souple, plissée qui offre des vues, un parcours, des perspectives, un lieu de vie, des terrasses plantées, une architecture urbaine, variée et écologique.
Ainsi, la richesse du dispositif proposé nous conduit assez naturellement à s’ancrer, se fondre, s’intégrer dans le contexte urbain du site et de la ville.


Financement :
Privé

Bureau(x) d’études : Techniques et chantiers, Even structures, Solab
Photographe : Patrick Miara

Groupe scolaire René Cassin

Chemin du Dauphin, 72230 Guécélard

328

Programme

Réhabilitation et extension du groupe scolaire René Cassin.
Construction d’un pôle périscolaire et d’un RAM mutualisés,
construction d’un nouveau préau, aménagement d’un parvis d’entrée.

Concepteurs

  • Atelier Julien Boidot

Commune

  • Guécélard

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune de Guécélard

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

Neuf 830m² SDP – Réhabilitation 728m² SDP

Coûts

1,69 M€ HT valeur décembre 2018

Documents

Réinterprétation de l’existant
Nous avons réinterprété le langage constructif ordinaire des anciens bâtiments de 1977 et 1987 qui se définissent par des murs périphériques en maçonnerie, des demies fermes en bois et métallique. Le nouveau bâtiment est alors composé de blocs en maçonnerie (accueillant sanitaires, vestiaires, rangements) qui participent au contreventement de l’ouvrage sur lesquels s’appuient des demie-fermes de 8m de portée.

Penser le programme par ses vides : la cour et le parvis
La cour formée par les différents corps de bâtiments est pour nous l’élément essentiel de l’école, sa qualité première. L’implantation d’un programme conséquent de 580m² devait empiéter au minimum sur cet espace nécessaire à l’épanouissement des enfants. Ainsi, un bâtiment d’équerre avec le bâtiment nord, axé sur son préau raccorde et unifie les différents ouvrages du groupe scolaire René Cassin autour d’une seule entité non bâtie : la cour de l’école élémentaire. Cette nouvelle construction protège la cour des nuisances de la rue et de la visibilité depuis l’espace public tout en créant un parvis et ainsi offrant une réelle entrée au bâtiment public, où les parents se rencontrent et attendent leurs enfants. Cette disposition permet en outre une insertion dans le tissu urbain pavillonnaire avoisinant, en réinterprétant le rapport de la maison à la rue par le biais du jardin.

Unifier le groupe scolaire : une coursive, un toit.
Un volume compact de 16 m d’épaisseur relie l’ensemble des faîtages. La toiture principale se prolonge par de larges débords se retournant sur les bâtiments existants. Elles unifient le groupe scolaire part le biais d’une galerie continue aussi bien côté cour que côté parvis permettant de s’abriter en cas de pluie ou de se protéger du soleil.

Evolutivité du plan
Ce système couplé à une organisation en quinconce des blocs en maçonnerie permet de libérer de grands volumes pouvant se subdiviser facilement par des cloisons légères. A l’image de ces lieux intérieurs, nous imaginons un seul et grand préau, une grande cour couverte, possiblement utilisable comme une salle polyvalente supplémentaire à l’occasion d’activité sportives ou autres rendez-vous scolaires particuliers. Un second préau vient s’installer entre la cour et le jardin pédagogique.

Bioclimatisme
Au gré des saisons, la ventilation de l’école varie entre un système mécanique et naturel. Durant une période peu ensoleillée, la VMC assure un renouvellement d’air suivant les taux réglementaires. Mais lorsque le soleil brille, une ventilation naturelle peut prendre le relais : l’énergie solaire rayonne à travers les vitrages des trois cheminées et fait grimper la température des briques et de l’air des cavités. Il se forme alors un différentiel de pression entre l’air des salles de classe et celui contenu dans les cheminées : plus léger, l’air chaud va s’échapper par les ouvertures nord installées au point le plus haut et ainsi générer un phénomène d’aspiration de l’air des salles de classe. L’ouverture d’une fenêtre va alors accélérer ce mouvement ascensionnel : un courant d’air naît dans les salles de classe, traverse la tisanerie et les sanitaires, remonte en se réchauffant le long de la cheminée pour finalement s’échapper par les ouvertures nord.


Approche environnementale : RT2012
Bâtiment biosourcé E2C1
Ventilation naturelle par tirage thermique
Cheminées solaires

Financement :
Co-financeurs :
CAF DE LA SARTHE – 80 220.00€
REGIONS DES PAYS DE LA LOIRE (Pacte de ruralité – Accompagnement des territoires) – 90 306.00€
REGIONS DES PAYS DE LA LOIRE (Pacte de ruralité – Développement des communes) – 50 000.00€
ETAT (Dotation d’équipement des Territoires Ruraux) – 500 000.00€

Bureau(x) d’études : H3C énergie – BET fluides, Vessière & Cie – BET Structure, Jean Souviron – Etudes CFD & Ventilation naturelle
Photographe : Clément Guillaume , Julien Boidot

Groupe scolaire René Cassin

46 rue du Jeu de Paume - 6 rue de Montreul, 72440 Bouloire

292

Programme

Restructuration de l’école maternelle et extension de l’école élémentaire et de la cuisine scolaire.
Aménagements extérieurs : cours de récréation, nouvelle entrée, liaison piétonne et parking public

Concepteurs

  • Scheubel + Genty ARCHITECTES

Commune

  • Bouloire

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Ville de Bouloire

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

1 866 m² SU

Coûts

1,47 M€ HT

Documents

Pour redonner de la cohérence au groupe scolaire, le projet redéfinit les limites de l’établissement et requalifie les liaisons entre les différents bâtiments, à l’ombre et à l’abri de la pluie. L’extension de l’école élémentaire offre une nouvelle façade principale à l’école, mise en valeur par un porche d’entrée en porte-à-faux et une enseigne métallique monumentale qui identifie l’équipement depuis l’espace public.
La nouvelle construction vient fermer la cour de récréation, agrandie et sécurisée.
Un préau composé d’une structure métallique légère ondule dans toute la cour pour relier les différents bâtiments. Il s’élargit en deux points pour accueillir les espaces de récréation couverts et indépendants des élémentaires et des maternelles.
Afin de donner une nouvelle identité contemporaine au site, les façades créées présentent la même écriture architecturale : la façade sud de l’élémentaire, la nouvelle cuisine et la classe maternelle sont construites en ossature bois et bardage châtaigner.


Approche environnementale : Côté cour, la façade nord de l’école élémentaire se compose d’une serre bioclimatique adossée aux salles de classes. Transparente et épurée, elle améliore la performance thermique du bâtiment.
En hiver, il offre à moindre coût un espace de circulation protégé et tempéré naturellement, à la fois renfort d’isolation des classes et espace tampon abritant les vestiaires des élèves.
En été, elle est ventilée en toiture et en façade, s’ouvrant largement sur la cour de récréation.
Toutes les salles de classes bénéficient d’une double orientation et d’un éclairement naturel maximal. La façade donnant sur l’espace public est protégée de la vue et du soleil par un bardage bois ajouré.

Bureau(x) d’études : Carré d’Aire, FLK Ingénierie, Blin Ingénierie, URBATERRA
Photographe : Jean-François MOLLIERE

Complexe sportif

15 rue Louise Michel, 72560 Changé

296

Programme

Le complexe sportif de Changé est composé:
– d’un dojo
– d’une salle de tennis de table
– d’une salle multisport
– d’un club house, de vestiaires et de gradins

Concepteurs

  • A2A architectes

Commune

  • Changé

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune de Changé et CdC du Sud est du Pays Manceau

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

SDO=1315m²

Coûts

1 250 000€ht (2017)

Documents

Le projet est créé comme un volume embrassant le paysage et habitant le grand vide urbain laissé dans ce quartier en
développement. Il a une hauteur équivalente à l’édifice existant, mais son bardage naturel en bois le démarque
des bâtiments alentours revêtus de blanc ou crème.
Les volumes du nouveau projet restent toutefois simples et sobres, afin de ne pas imposer un objet architectural trop
parlant.
L’implantation du nouvel édifice réanime l’espace paysager le long de la rue Louise Michel. Il est l’occasion
d’aménager de nouveaux cheminements plus directs : la nouvelle entrée avec son porche fait face à la rue Louise
Michel.
Aussi, le volume, très ouvert en rez-de-chaussée et à l’étage par de grandes façades vitrées à l’est et au nord, ne
s’impose pas comme un bloc froid et massif comme peuvent parfois en avoir l’air les gymnases.

Les intentions architecturales du projet reposent sur :
– une simplicité d’organisation
– une discrétion de l’édifice tout en marquant sa contemporanéité
– une lisibilité claire du lieu
– une composition programmatique, logique et économique en surfaces (limitation des dégagements, mise en commun
des locaux d’accueil entre le Dojo et la salle de tennis de table, etc.).

La composition volumétrique se décompose en deux parties :
– le volume bas d’accueil du public (hall, porche) donnant sur la rue Louise Michel ;
– le volume principal du gymnase lui-même scindé en deux strates horizontales, une de béton et une de bois, créant
comme un effet de glissement.
Les matériaux choisis, béton brut, béton lasuré, bois, métal et verre, sont cohérents à la fois avec le caractère
contemporain recherché, son implantation discrète dans le paysage urbain, et sa juxtaposition avec le gymnase
existant.
L’ensemble du projet tente ainsi d’offrir le meilleur compromis entre cadre de vie, fonctionnalité et économie pour construire un projet de gymnase qui réponde aux besoins des usagers, public et personnel, et à la valorisation du quartier et de la commune.
La prise en compte de l’ensemble des paramètres urbains, architecturaux et environnementaux garantit un caractère
durable, évolutif et novateur à cet équipement.


Approche environnementale : ossature bois / bardage bois / isolation fibres de bois / aménagement intérieur en bois (parement mural acoustique / parquet sportif)

Bureau(x) d’études : BELLEC, BOULARD, SIGMA, OUEST ACOUSTIQUE
Photographe : A2A architectes

Maison de santé

3 bis Place de la République, 72290 BALLON SAINT MARS

300

Programme

Maison de santé pluridisciplinaire composée:
– d’un pôle médical (6 cabinets de médecins)
– d’un pôle paramédical (infirmières, podologue, ostéopathe, kiné)

Concepteurs

  • A2A architectes

Commune

  • BALLON SAINT MARS

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Communauté de communes Maine Coeur de Sarthe

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

SU=463m²SDO=554m²SDP=569m²

Coûts

810 000€ht (2017)

Documents

L’opération concerne la construction d’une maison de santé pluridisciplinaire attenante à la maison de santé existante
qui est réaménagée. Les deux bâtiments, existant et neuf, sont liés par l’intérieur, et leurs volumes sont imbriqués.
La construction entière représente une surface dans œuvre de 556.34 m² sur une parcelle de 1312 m².
Le projet prend place sur un ensemble de parcelles.
Situé en centre bourg au cœur d’un tissu bâti existant, le projet s’insère discrètement dans l’ensemble par sa hauteur
à rez-de-chaussée et ses volumes sobres.

Les intentions architecturales du projet reposent sur :
– une simplicité d’organisation,
– une discrétion de l’édifice tout en marquant sa contemporanéité,
– une lisibilité claire du lieu pour le public et le personnel.

La composition volumétrique se décompose en trois volumes : le bâtiment existant en R+1, une aile d’accueil du
public , et une aile abritant les cabinets médicaux et paramédicaux. Elle permet de s’insérer dans la longueur de la parcelle vers la rue de l’Ouest, et de profiter de l’ensoleillement au sud par la différence de hauteur entre les deux ailes neuves.
Les matériaux choisis, bois et métal, s’accordent sobrement avec le site et le bâtiment existants, donnant une unité à
l’ensemble, tout en se distinguant de la maison existante, afin de ne pas effacer les composantes du site avant
intervention.
Les façades ont fait l’objet d’une réflexion particulière : le rythme régulier des ouvertures et du bardage bois permet
de donner à l’édifice une échelle discrète malgré sa grande longueur.
Le projet tente ainsi d’offrir le meilleur compromis entre cadre de vie, fonctionnalité et économie pour construire un
projet de maison de santé en centre bourg qui réponde aux besoins des usagers, public et personnel., et à la
valorisation du centre.
La prise en compte de l’ensemble des paramètres urbains, architecturaux et environnementaux garantit un caractère
durable, évolutif et novateur à cette maison de santé pluridisciplinaire.


Approche environnementale : ossature bois, bardage bois, isolation biosourcée, sol naturel en linoleum, peinture sans cov, poignée de porte antibactérienne

Bureau(x) d’études : AIS ingénierie
Photographe : A2A architectes

École de musique

rue des écoles, 72250 PARIGNE L'EVEQUE

280

Programme

Ecole de musique composée:
– de locaux administratifs,
– de salles de cours,
– de salles spécifiques (éveil musicale, formation, studio, musiques actuelles)
– d’une salle de piano
– d’une grande salle de pratiques collectives
– de rangements instruments

Concepteurs

  • A2A architectes

Commune

  • PARIGNE L'EVEQUE

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Communauté de communes du Sud est du Pays Manceau

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

SU=624m²SDO=783m²

Coûts

1 295 000€ht (2017)

Documents

L’école de Musique est située en périphérie de la commune de Parigné L’evêque, en bordure d’une zone classée naturelle. Le site est marqué par une topographie prononcée dans laquelle le bâtiment vient s’inscrire.
L’école de musique est avant tout un bâtiment contextuel :
– Il vient s’inscrire dans la pente par la création d’un socle minéral,
– Il libère des vues transversales à travers le site entre le haut (la rue) et le bas (le paysage lointain),
– Une toiture végétalisée vient accompagnée les mouvements doux de la toiture.
Le socle minéral a été réalisé en béton matricé, donnant un aspect de roche. L’ensemble du bâtiment est réalisé en ossature bois qui vient se poser sur le socle. Cette superposition des matériaux crée alors une dualité entre le béton (minéral) et le bois (végétal).
L’école de musique est séparée en deux ailes distinctes répartissant les différentes fonctions du programme. Les différents besoins du programme créent alors un volume haut (salle de représentation…) et un volume bas (administration et salle de cours). Fins et longs, ces deux volumes viennent chercher la profondeur du site pour mieux accentuer les perspectives vers le paysage. Les angles des murs et des toitures viennent aussi casser la rigueur et apporter du dynamisme à l’ensemble.
Le hall vient s’insérer entre les deux ailes. Le hall est transversal et vient chercher le visiteur soit depuis le haut du site via un parvis urbain et généreux qui s’étend jusqu’à la rue, soit depuis le bas du site (parking) où un escalier peut aussi servir de gradin. Il est totalement transparent, créant un lien visuel entre la rue au nord et le paysage au sud. Il est ainsi traité comme un espace « dedans dehors » en laissant se prolonger le bardage bois de chaque volume à l’intérieur.
Une liaison « est ouest » distribue les deux ailes et permet également, via une passerelle, de connecter l’école de musique avec la salle polyvalente communale. La répartition du programme organise un pôle « administratif » au nord (vers la rue), tout comme le pôle « représentation » directement accessible depuis le parvis quand l’école est fermée. Le pôle « pédagogique » se retrouve ainsi sur la partie sud du bâtiment profitant des vues et du calme.


Approche environnementale : Le projet a été développé dans une approche environnementale par :
– L’utilisation de matériaux biosourcés (ossature et charpente bois / bardage bois / isolation en fibres de bois / sol naturel en linoleum /peinture sans cov / parements acoustiques muraux et plafond en fibres de bois /végétalisation),
– La performance énergétique RT2012 -30% (isolation renforcée / étanchéité à l’air très performante / ventilation double flux avec récupération des calories / chaufferie bois).
Par le choix de l’ossature bois et la fonction de lieux de musique, le bâtiment est une véritable prouesse acoustique et un exemple pour la construction bois.
Il a d’ailleurs reçu le prix régional de la construction bois dans la catégorie « apprendre- se divertir) en 2019.

Bureau(x) d’études : LCA, OUEST ACOUSTIQUE
Photographe : A2A architectes

Office Notarial Atlass

80 rue Jules Verne, 72300 SABLE SUR SARTHE

964

Programme

Construction d’un office notarial

Concepteurs

  • Thierry BONNE

Commune

  • SABLE SUR SARTHE

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Leguil Laurence et Robin Thierry
  • Notaires Poujade Alexandre
  • Poujade Stéphanie

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

621 m2 SDP681 m2 SHOB

Coûts

Valeur 2019Coût total travaux: 1 805 380 €HTDont 254 000 €HT d'aménagement extérieur et VRD

Documents

La réalisation de la façade a permis la mise au point d’une technique unique au monde alliant l’artisanat d’art et l’architecture: Des façades en verre fusionné réalisée par un artisan d’art de Reims permettent aux lettres de verre de jouer avec la réfraction de la lumière pour offrir jour après jour suivant la météo des tableaux uniques.


Approche environnementale : RT 2012
Construction à ossature bois avec isolation en laine de bois.
Récupération des eaux pluviales pour utilisation des WC
Bardage en bois brûlé
Pompe à chaleur.
Ventilation double flux

Financement :
privé

Bureau(x) d’études : PASODOBLE paysagiste, WAIXING graphiste , INGEBA structure et économiste, MCI Thermique Fluides
Photographe : Philippe DUREUIL
> www.dureuil.photo.com 

Immeuble Oui Care

85 boulevard Oyon, 72000 le mans

1154

Programme

Ensemble immobilier construit en 2 bâtiments :
– Immeuble en R+6 de bureaux = 7500m²
– Immeuble en R+4 de stationnements aériens = 5500m²

=> 90% des terrasses accessibles dont un terrain multisports aérien au R+6

Concepteurs

  • AIA LIfe Designer et WHERE IS BRIAN

Commune

  • le mans

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • SCI OUIHOME

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

15500m² de surface plancher construite

Coûts

20M€

Documents

Construction d’un ensemble immobilier à l’entrée de la ville du Mans


Approche environnementale : Recherche du Label HQE BD Niveau Excellence et Label OSMOZ

Bureau(x) d’études : AIA Ingénierie, ATPS, SOCOTEC
Photographe : Xavier Renauld

Atelier/Loft

Rive gauche, 72000 le mans

290

Programme

Transformation d’un hangar (ancienne forge construite en 1930) en brique et structure métallique en habitation, ou habiter en Ateliers.
Le bâtiment rectangulaire (6,5x25m), en mitoyenneté sur trois de ses cotés est bordé sur sa façade Sud d’une allée permettant de créer des ouvertures.
Le projet se développe d’une façon linéaire depuis la rue, de l’espace publique à l’espace le plus privé, en une succession d’ateliers :
– on entre par un premier volume abritant l’atelier « sale » (découpe de bois, métal, ponçage, soudage, etc…) ; cette première pièce n’est pas chauffée et est éclairée par une verrière en polycarbonate.
– vient ensuite l’atelier « propre » (peinture, assemblage, maquette, etc…) ; il sert aussi de salon/cuisine/salle à manger et son volume de 350m3 est chauffé par un poêle à granulé ; il est éclairé zénithalement et par une baie en façade Sud.
– enfin, en fond de bâtiment et en mezzanine se trouve l’atelier le plus protégé, celui d’architecture.

Concepteurs

  • Guillaume Payeur architecte DPLG

Commune

  • le mans

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Guillaume Payeur

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

180m2 de S.P.

Coûts

120 000 €TTC

Documents

Le principe constructif est « la boîte dans la boite », adopté pour ne rien porter sur la structure existante. Une structure bois en madriers de 145 supporte plancher, isolations, revêtements et équipements. La charpente en acier est doublée elle aussi d’une ossature en bois afin de porter le complexe isolant-revêtement intérieur.
L’isolation est faite par l’intérieur sauf en façade Sud où elle passe à l’extérieur (afin de garder visible la brique d’origine) pour être protégée par un bardage verticale en planches de sapin brûlées au chalumeau.
Les parements intérieurs sont principalement en bois : murs et plancher de la mezzanine en OSB, plafonds en CP peuplier et parquet en sapin. Seule exception, le bloc sanitaire qui est revêtu de BA13.

Cette maison/atelier a été créée, réalisée pour mélanger les différentes actions de vie en un même lieu : travailler, manger, jouer, dormir, penser, réunir…


Approche environnementale : Le matériau principal est le bois.
Chauffage des 350m3 de la pièce principale par un poêle à granulés.

Photographe : Michel Ogier

Institut Médico-Educatif du Val de Loir

Route de la Chapelle d'Aligné, 72200 Bazouge sur le loir

279

Programme

L’IME s’organise autour de plusieurs pôles.
Administration, Thérapeutique, Pédagogique, Espaces ressources, Restauration, Internat, Ateliers (polyvalent, espaces verts, cuisine collective et restaurant d’application, horticulture et cadre de vie), Maintenance

Concepteurs

  • Pharo architectes et urbanistes

Commune

  • Bazouge sur le loir

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • ADAPEI de la Sarthe

Thèmes

  • Architecture

Surface(s)

2 578 m2 SHON, 2 579,16 m2 SDO

Coûts

4 500 000 € HT (compris VRD) soit 1 745 € HT /m2 SDO3 910 000 € HT (hors VRD) soit 1 516 € HT /m2 SDO

Documents

Le projet s’appuie sur le principe de prise en charge holistique des enfants en IME (Institut médico-éducatifs). Cette prise en charge signifie que les enfants sont considérés dans toute leur personne. Ils bénéficient d’un accompagnement global, à la fois pédagogique, éducatif et thérapeutique (soin, suivi médical et psychologique, éducation et formation, artistique et technique, accompagnement de l’entourage, etc) .
Le projet architectural et paysagé a donc été pensé comme un tout, un ensemble diffracté en plusieurs bâtiments, à la manière de continents composant un même monde. Il en ressort des volumétries organiques, où les couvertures et les façades périphériques forment une carapace protectrice en acier, animée par des touches de couleurs chatoyantes. A l’inverse, au cœur de l’établissement, les façades en bardage bois s’apparentent à la chair d’un fruit ouvert et donnent à l’espace central une ambiance accueillante et chaleureuse.
Le plan masse est organisé de manière à séparer totalement les flux piétons des circulations de véhicules, pour des raisons de sécurité mais aussi de qualités d’espaces.
L’espace central sera aménagé en grand jardin fédérant tous les flux piétons entre les bâtiments.
A l’est, un vaste espace de jeu permettra aux jeunes de pratiquer les jeux de ballon, cycle et d’évolution pour le matériel espaces verts.


Approche environnementale : Infiltrations totales des eaux pluviales avec paysagement des noues. Construction intégralement en bois (ossature, charpente). Mini réseau de chaleur par géothermie sur nappe. Aménagement paysager avec traitement perméable des sols sur toute la partie piétonne
Qualités environnementales :
RT 2012, construction bois

Bureau(x) d’études : Carré d’Aire, BE BLIN, Atelier Horizons, BEGC
Photographe : Julien POULAIN