Réhabilitation et extension du groupe scolaire René Cassin

Chemin du Dauphin, 72230 Guécélard

29

Programme

Réhabilitation et extension du groupe scolaire René Cassin.
Construction d’un pôle périscolaire et d’un RAM mutualisés,
construction d’un nouveau préau, aménagement d’un parvis d’entrée.

Concepteurs

  • Atelier Julien Boidot

Commune

  • Guécélard

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Commune de Guécélard

Thèmes

  • Aménagement
  • Architecture

Surface(s)

Neuf 830m² SDP – Réhabilitation 728m² SDP

Coûts

1,69 M€ HT valeur décembre 2018

Documents

Réinterprétation de l’existant
Nous avons réinterprété le langage constructif ordinaire des anciens bâtiments de 1977 et 1987 qui se définissent par des murs périphériques en maçonnerie, des demies fermes en bois et métallique. Le nouveau bâtiment est alors composé de blocs en maçonnerie (accueillant sanitaires, vestiaires, rangements) qui participent au contreventement de l’ouvrage sur lesquels s’appuient des demie-fermes de 8m de portée.

Penser le programme par ses vides : la cour et le parvis
La cour formée par les différents corps de bâtiments est pour nous l’élément essentiel de l’école, sa qualité première. L’implantation d’un programme conséquent de 580m² devait empiéter au minimum sur cet espace nécessaire à l’épanouissement des enfants. Ainsi, un bâtiment d’équerre avec le bâtiment nord, axé sur son préau raccorde et unifie les différents ouvrages du groupe scolaire René Cassin autour d’une seule entité non bâtie : la cour de l’école élémentaire. Cette nouvelle construction protège la cour des nuisances de la rue et de la visibilité depuis l’espace public tout en créant un parvis et ainsi offrant une réelle entrée au bâtiment public, où les parents se rencontrent et attendent leurs enfants. Cette disposition permet en outre une insertion dans le tissu urbain pavillonnaire avoisinant, en réinterprétant le rapport de la maison à la rue par le biais du jardin.

Unifier le groupe scolaire : une coursive, un toit.
Un volume compact de 16 m d’épaisseur relie l’ensemble des faîtages. La toiture principale se prolonge par de larges débords se retournant sur les bâtiments existants. Elles unifient le groupe scolaire part le biais d’une galerie continue aussi bien côté cour que côté parvis permettant de s’abriter en cas de pluie ou de se protéger du soleil.

Evolutivité du plan
Ce système couplé à une organisation en quinconce des blocs en maçonnerie permet de libérer de grands volumes pouvant se subdiviser facilement par des cloisons légères. A l’image de ces lieux intérieurs, nous imaginons un seul et grand préau, une grande cour couverte, possiblement utilisable comme une salle polyvalente supplémentaire à l’occasion d’activité sportives ou autres rendez-vous scolaires particuliers. Un second préau vient s’installer entre la cour et le jardin pédagogique.

Bioclimatisme
Au gré des saisons, la ventilation de l’école varie entre un système mécanique et naturel. Durant une période peu ensoleillée, la VMC assure un renouvellement d’air suivant les taux réglementaires. Mais lorsque le soleil brille, une ventilation naturelle peut prendre le relais : l’énergie solaire rayonne à travers les vitrages des trois cheminées et fait grimper la température des briques et de l’air des cavités. Il se forme alors un différentiel de pression entre l’air des salles de classe et celui contenu dans les cheminées : plus léger, l’air chaud va s’échapper par les ouvertures nord installées au point le plus haut et ainsi générer un phénomène d’aspiration de l’air des salles de classe. L’ouverture d’une fenêtre va alors accélérer ce mouvement ascensionnel : un courant d’air naît dans les salles de classe, traverse la tisanerie et les sanitaires, remonte en se réchauffant le long de la cheminée pour finalement s’échapper par les ouvertures nord.


Approche environnementale : RT2012
Bâtiment biosourcé E2C1
Ventilation naturelle par tirage thermique
Cheminées solaires

Financement :
Co-financeurs :
CAF DE LA SARTHE – 80 220.00€
REGIONS DES PAYS DE LA LOIRE (Pacte de ruralité – Accompagnement des territoires) – 90 306.00€
REGIONS DES PAYS DE LA LOIRE (Pacte de ruralité – Développement des communes) – 50 000.00€
ETAT (Dotation d’équipement des Territoires Ruraux) – 500 000.00€

Bureau(x) d’études : H3C énergie – BET fluides, Vessière & Cie – BET Structure, Jean Souviron – Etudes CFD & Ventilation naturelle
Photographe : Clément Guillaume , Julien Boidot